Atrani 2015
     
Atrani 2015
Ici, ce n'est pas Naples, où les gens sont accueillants et volubiles. Ici les habitants sont pressés entre la mer et la montagne ; ils tournent en rond sans sourire dans la cage de leur piazzetta. L'étranger est invisible, on ne le regarde pas car on reste entre soi, sérieusement : la fête patronale n'est pas joyeuse.
La beauté des lieux, que l'Ile des morts, les Falaises de marbre, le Rivage des Syrtes, le jardin de Klingsor ont évoquée, nous touche mais nous sommes retenus par une invisible barrière ; nous ne sommes pas d'ici, nous n'en ferons jamais partie : c'est triste, c'est délicieux.
Top